19 Mai 2017

Les JO de Paris 2024 envoient du bois !

0 Comment

le bois au centre du Village Olympique 2024

Les Jeux olympiques de Paris ne font pas l'unanimité auprès de Français. Entre ceux qui n'en veulent pas, ceux qui aimeraient qu'ils soient moins parisiens et ceux qui s'en moque, on est bien en France. Pour convaincre le plus grand nombre, les organisateurs essayent de séduire en se montrant "éco friendly" et porteurs des valeurs Olympiques qui au fil du temps sont devenus "Coca-Cola, Mastercard et Mc Donald". Il est donc important de faire oublier le barnum économique pour montrer que l'organisation va mettre en avant le savoir-faire français tout en promouvant la construction écologique. Le village olympique est donc devant l'engagement écologique des Organisateurs ; c'est donc la filière bois français qui a été sélectionnée pour montrer son savoir-faire en matière de construction et d'équipement en bois.

Du bois, mais en toute discrétion

La filière est satisfaite, mais relativement étonnée que l'organisation pose un cahier des charges basée sur le volume, plus que sur une vraie démonstration de force. On ne verra pas un immeuble en bois comme à Strasbourg ou une flèche qui porterait dans le ciel de Paris la flamme olympique. Le choix est plutôt de montrer que le bois peut s'intégrer dans n'importe quel chantier et qu'il s'utilise aussi aisément que le béton ou l'acier. Le Village Olympique, c'est une surface de 260.000 mètres carrés en Seine Saint-Denis Saint-Ouen, et l'île Saint-Denis. Cette situation à la croisée de trois territoires permet de satisfaire trois municipalités tout en montrant comme les Jeux olympiques sont fédérateurs. Sur cette surface à construire et à équiper, un peu plus de 50% sera confiée à la filière française du bois. On parle grosso modo d'une centaine d'entreprises française qui vont participer à cet événement. L'expérience de la filière bois a convaincu avec des immeubles construits partout dans le monde et la réalisation d'un casino ultramoderne entièrement en bois dans le Nevada avec l'ensemble des équipements dont les tables de jeux de blackjack

C'est tout écosystème du bois qui sera mis à contribution pour les 160.000 mètres carrés olympique. La filière est satisfaite, mais elle aurait aussi aimé faire montre de son talent dans des constructions plus visibles. À l'origine, on parlait plutôt de 80 % de bois, mais les Jeux olympiques, c'est du lobbying, des temps serrés et le Comité Olympique qui agit un peu comme une petite dictature. C'est sans doute la seule organisation au monde qui peut interdire une marque dans un périmètre donnée ou exiger une entorse à une loi nationale… La filière bois française est un rien déçue, mais l'idée de démontrer au grand public sa capacité de construire sur un temps limité un vrai village en respectant un cahier des charges plus que stricte est une vraie opportunité.

Un cahier des charges favorable pour le bois, mais…

La Société de Livraison des Ouvrages Olympiques, la Solideo, exige des ossatures en bois pour les immeubles de moins de 28 mètres de haut. Au-dessus, c'est le ciment dit "alternatif" qui sera favorisé. L'objectif est de créer un village olympique écologique et respectueux de l'environnement. Le problème, c'est qu'au-dessus de 28 mètres, c'est un tout autre protocole pour la filière bois qui doit demander des dérogations et des autorisations qui sont souvent longues et difficiles à obtenir. Jeux olympiques ou pas, les services de contrôle ne plaisantent pas avec la sécurité du grand public, alors on peut imaginer que celle des athlètes sous le regard de plusieurs milliards de téléspectateurs cumulés… Il n'est pas question non plus de ne pas livrer le Village Olympique en retard, c'est une question d'honneur national.

L'autre raison est économique. Faire confiance à la filière bois française, c'est éviter, notamment pour l'ameublement, le jetable venu d'Asie, mais c'est aussi un coût supérieur entre 5 et 10%. Le budget est extrêmement serré pour éviter une gabegie qui pourrait mettre en colère une France très irritable ces derniers temps. Les professionnels du bois sont ravis, car ils savent que toutes ces conditions ne seront pas des freins, mais bien des points que la filière pourra mettre en avant pour vendre son savoir-faire.

France Bois 2024 : la cohésion des professionnels du bois

Pour optimiser la production et le travail de la branche dans le cadre de ces Jeux olympiques et des Jeux paraolympique. L'idée est d'associer les forces de la filière dans une association qui fera référence auprès des pouvoirs publics. Il reste le petit grain dans la machinerie et le plan de communication : l'origine du bois. On peut dire que seulement 50% du bois sera d'origine française. La problématique est simple. La filière ne peut pas arrêter toute son activité et elle ne peut pas non plus multiplier sa production sur un claquement de doigt.

 

[top]
About the Author


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *